Accueil » Blog » ENVIRONNEMENT : Des experts planchent à Abidjan sur la dangerosité des déchets produits en Afrique

ENVIRONNEMENT : Des experts planchent à Abidjan sur la dangerosité des déchets produits en Afrique

Du 30 janvier au 1er février 2018, Abidjan, la capitale économique ivoirienne, accueille la Deuxième Conférence des Parties de la Convention de Bamako sur l’interdiction d’importer en Afrique des déchets dangereux et sur le contrôle des mouvements transfrontières et la gestion des déchets dangereux produits en Afrique. Cette rencontre placée sous le thème ‘’Une plateforme pour une Afrique sans pollution’’, a pour objectif général de discuter des avancées réalisées dans la mise en œuvre de cette convention par les Etats parties.

 

La cérémonie d’ouverture de la 2e conférence des parties à la convention de Bamako a eu lieu, ce mardi à l’Ivoire Golf Club d’Abidjan en présence de Anne Ouloto ministre ivoirien et malien de la salubrité, de l’environnement et du développement durable et de son homologue du Mali, Aicha Kéita.

Prenant la parole en premier, Madame Kéita a remercié le gouvernement ivoirien pour sa sollicitude avant de lancer un cri de cœur à l’endroit des africains qui voient chaque année des millions de déchets déverser dans les eaux et sur les terres du continent noir.

 

L’hôte du jour, Désirée Anne Ouloto a pour sa part axé son intervention sur la gestion des déchets, qui selon elle, est ‘’l’un des plus grands défis de notre temps’’.

C’est pourquoi, dira-t-elle ‘’nous devons redoubler d’effort pour trouver des solutions efficaces, afin de protéger notre continent’’.

 

Une solidarité qui devrait passer par la convention de Bamako, jugé par la ministre de la salubrité comme étant ‘’est un outil précieux qui marque la volonté des africains de protéger leur environnement et leur santé ».

‘’Ensemble faisons de la mise en œuvre effective de la Convention de Bamako, une priorité pour une Afrique sans pollution », a conclu Madame Ouloto.

 

Après la cérémonie d’ouverture, les experts et les délégations des pays participants vont au cours des travaux, examiner les dispositions mises en places dans la coopération et la coordination de la convention de Bamako.

 

La convention de Bamako est un traité des nations africaines interdisant l’importation en Afrique de tous les déchets dangereux y compris les radioactifs. Elle est une réponse à l’article 11 de la convention de Bâle qui encourage les parties à conclure des accords bilatéraux, multilatéraux et régionaux sur les déchets dangereux pour aider à atteindre les objectifs de la convention qui est rentrée en vigueur en 1998.

 

La convention de Bamako utilise un format et un langage similaire à celui de la convention de Bâle. Cependant, elle est beaucoup plus rigoureuse et interdit toutes importations de déchets dangereux faire sans d’exceptions sur certains.

Elle compte à ce jour 29 signataires et 25 parties et son secrétariat a été assuré de 1991 à 2013 par l’Union Africaine.

FREDERIC GORE-BI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inline